Tous en scène

Theatre in English project 2011-2012

Tous en scène

Depuis le mois de septembre, dix-neuf lycéens de seconde, première et terminale de la British Section, et une élève de seconde passionnée de théâtre préparent les représentations d'une pièce du répertoire contemporain anglais, sous la conduite de Mme Blasco. Ils répètent tous les mercredis après-midis, de 14h à 16h dans l'amphithéâtre du Lycée et ont aussi pu profiter de deux week-ends entiers de répétition en janvier à la MJC de La Baule, sur la scène où auront lieu les deux représentations. Julien GELY, comédien et metteur en scène, les a assistés à cette occasion pour qu'ils puissent travailler sur la mise en scène du spectacle.

Our Country 's Good est une pièce de l'auteur Timberlake Wertenbaker, écrite en 1988. Un prochain article de ce blog en parlera plus précisément. L'action se déroule au XVIIIe siècle, en Australie, où la Marine Royale anglaise escorte des bagnards, futurs colons de ce pays.

  Mercredi dernier, 25 janvier, le blog de la British Section a pu assister à la répétition et poser quelques questions aux jeunes acteurs présents et à leur professeur.

Dès le début Mme Blasco rappelle que le travail théâtral demande concentration et attention. Attentifs, ils le sont, mais cet après-midi est aussi l'occasion de partager ensemble le plaisir du jeu. À 6 semaines de la représentation,chacun est entré dans son (ou ses) personnage(s) et connaît sa place sur la scène. Presque tous maîtrisent à peu près le texte. L'essentiel de la répétition va donc porter sur le jeu, le ton, les gestes. Pendant qu'un groupe est en scène, les autres répètent dans le hall, relisent leur texte ou observent Répétition 1les acteurs.

 

Pourquoi, comment ont-ils eu envie de participer à ce projet de théâtre ?

-Je joue depuis deux ans, dit Pierre qui est en T S, l'an dernier j'avais de petits rôles, mais c'est toujours intéressant et nous avons la pièce au programme du bac. Kaohsiung et Taipei , en TS, ajoutent qu'elles ont toujours le même plaisir et que jouer du théâtre contemporain après une pièce de Shakespeare est plus simple et permet de cerner le sujet de façon plus précise. Kaohsiung trouve que la pièce peut toucher tout le monde. Guillaume, lui aussi en TS, a regretté de ne pas jouer l'an passé et a profité de l'occasion offerte cette année. Comme lui, Eugénie et Lefa qui sont en 1ereS onttoujours voulu faire du théâtre. C'est aussi le cas pour Agathe. Les élèves de seconde participent pour la première fois à la préparation d'une pièce complète, mais Quentin, Pauline, Agathe, Constance avaient déjà présenté un extrait de Macbeth à l'occasion de la fête des 10 ans de la British Section en 2011. Enfin Émilie, qui ne fait pas partie de la British Section, pratique le théâtre depuis le CM2, elle a même été remarquée par Laurent Deutsch qui l'a applaudie dans Mozart. Maintenant, ce Répétition 2qu'elle voudrait, c'est améliorer son anglais.

 

Quels personnages jouent-ils ? Sont-ils facilement entrés dans le rôle ? Comment l'ont-ils travaillé ?

-Mme Blasco précise que dans cette pièce, il y a dix-huit rôles, mais que l'auteur avait demandé lorsque la pièce a été montée, qu'il n'y ait que neuf acteurs, et qu'ils jouent un rôle bien distinct de leur identité, un homme jouant une femme, et inversement. Le lycéens sont trop nombreux dans la troupe et il n'a pas été possible de suivre cette directive, mais comme cette pièce est construite sur un effet de théâtre dans le théâtre, les jeunes acteurs sont tout de même amenés à jouer des rôles déconcertants.

En effet, par exemple, Pauline joue Robert Sideway, un prisonnier, pickpocket, la douce Eugénie incarne une prisonnière particulièrement rebelle, Lefa est LE Méchant de la pièce, un officier imposant qui s'oppose à toute idée de monter une pièce de théâtre dans la colonie...

-Mon personnage, Harry, est fou, les personnes qu'il a tuées parlent à travers lui, ce n'est pas un rôle facile, et en plus c'est un marin au langage moins familier que celui des bagnards. J'ai travaillé avec Mme Blasco et chez moi, dit Pierre. Non, ce n'est pas facile de jouer un personnage si différent de soi, souligne Eugénie, je dois me concentrer et j'ai vu une vidéo sur You Tube où Vanessa Bolt joue un monologue de colère, ça m'a aidée. Pauline confirme : il faut beaucoup d'énergie pour jouer. Et Guillaume qui doit incarner James Freeman,(celui que les autres ont baptisé Ketch, parce qu'il lui a été attribué, à son corps défendant, la fonction de bourreau), trouve ce rôlecomplexe, d'autant que le personnage est très soucieux du regard des autres et va évoluer. Lefa a dû chercher des moyens pour s'imposer en compensant sa frêle taille : je crie, je hausse ma voix, je travaille mes gestes, je monte sur la table... Delphine aussi a trouvé difficile d'entrer dans son personnage d'homme. Heureusement, elle a été bien aidée par William, le fils de Mme Blasco.Louise aussi juge son personnage bizarre. Mais il y a des actrices qui se sont glissées sans trop de mal dans la peau de leur personnage : Charlotte, parce quelle joue un personnage avec lequel elle est d'accord, Agathe et Constance parce qu'elles retrouvent des traits de leur caractère dans leur personnage. Quentin joue son personnage, Ralf,Répétition 4 avec plaisir, mais souligne que 300 lignes de texte, c'est beaucoup !

 

Que leur apporte le théâtre ?

-Ils sont unanimes à dire combien leurs compétences en anglais sont améliorées, mais ils ajoutent bien des choses encore : Ça permet de voir jusqu'où je peux aller, dit Eugénie. Ça me donne confiance et assurance, affirme Pauline. Je m'amuse, je rencontre les autres, je découvre cette pièce, explique Lefa, et j'ai beaucoup appris sur le théâtre. Constance renchérit : Ça aide à s'exprimer, à intervenir à l'oral, et maintenant quand je lis un livre, je m'attache davantage à la psychologie des personnages et aux relations entre eux. Et puis ça crée un groupe dynamique, on apprend à connaître les gens. Agathe approuve : c'est bien d'être tous là. Et ils ont tous dit c'est super ! C'est génial !

Mme Blasco conclue malicieusement que, dans cette pièce où les personnages deviennent acteurs débutants dans une pièce de théâtre qu'ils doivent apprendre à jouer, il y a des moments où le texte décrit exactement ce qui est en train de se passer pour les lycéens qui font cette expérience et où le metteur en scène qu'elle est trouve dans la pièce les mêmes commentaires patients que ceux qu'elles fait à ses jeunes élèves enRépétition 7 cours d'apprentissage.

 

Encore des heures de répétition les mercredis et même un nouveau dimanche de travail le 28 février.

Et les deux représentations sont prévues le vendredi 2 mars et le samedi 3 mars à 19h30 à la MJC de La Baule.

 

Dix élèves de la troupe assisteront avec vingt élèves de 1ere de la British Section à une représentation deMacbeth le 9 février présentée en anglais par les élèves de la Section Britannique au Lycée de Saint-Germain-en -Laye sous la direction de Mme Claire Lewis. « Cette troupe est source d'inspiration pour Grand Air depuis notre premier déplacement chez eux en 2003  pour voir  The Norman Conquests. Cette expérience a donné envie aux élèves de l'époque l'envie de se lancer dans le théâtre anglophone. Les 'Why can't we do that?' dans le car de retour ont constitué la naissance d'une troupe, toujours éphémère certes, mais Répétition 8toujours subjugé par la magie du théâtre
Le renouvellement d'une troupe scolaire doit s'effectuer chaque année, parfois de justesse dans un premier temps, mais la combinaison de l'enthousiasme du sang neuf et l'aisance de l'expérience crée une expérience enrichissante pour tout ceux qui participent 
» souligne Mme Blasco.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×